Mon antre…

Impossible de peindre à l’huile en famille. Le bazar dans la pièce à vivre, les odeurs de térébenthine et autres solvants. Ranger, déranger, re-ranger, chercher un truc, un autre 2 mn après…

Bref il me fallait un espace, mon atelier, mon antre. Et cette chaufferie qui ne sert quasiment à rien, pourquoi ne pas la réaménager. Et voilà je fais mon nid. J’ y pose mon chevalet, j’y accroche mes toiles, je m’équipe un ordi, un écran. Et puis la détente une banquette, une partie de mes livres, quelques plantes vertes. J’y retrouve mon bazar de jeunesse, quelques grigris, des photos, des dessins (des chocolats…), bref mon petit univers rassurant, inspirant. J’y suis bien, j’y peins, j’y écris, je m’y repose. C’est même l’endroit parfait enfin d’après midi pour l’apéro ! 😉